Logiciels libres quel intérêt et d’abord qu’est-ce que c’est ?

Dans le monde de l’informatique, il y a les programmes qui sont libres et ceux qui sont propriétaires. Du côté de ces derniers, on les trouve partout dans les ordinateurs que l’on croise tous les jours. Je ne parlerai pas des défauts des logiciels propriétaires, mais des qualités des logiciels libres.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un Logiciel libre ? Ce n’est pas un logiciel gratuit. Quelqu’un a payé pour l’écrire, et même souvent de nombreuses personnes ont participé à son élaboration et continuent de l’améliorer. Alors pourquoi nombre d’entre eux sont disponibles sans coût ? C’est ce que nous allons voir maintenant.

Les licences libres

Une licence libre attachée à un logiciel ou à toute œuvre de l’esprit (musique, vidéo, documentations…) permet d’étendre le strict droit d’auteur dont toute production immatérielle bénéficie de par la loi. De fait, les Logiciels libres viennent sans coût de licence.

Aussi, une suite bureautique comme OpenOffice.org, ou Libreoffice ne coûte rien aux utilisateurs qui l’installent dans leurs ordinateurs, pas plus que VLC, le lecteur multimedia, ou Firefox, le navigateur web de la fondation Mozilla.

Framalibre

Framalibre

La licence est gratuite : mais il faut pouvoir vivre de son travail, aussi souvent les Logiciels libres font vivre leurs auteurs par le service proposé en plus, par les dons, par l’expérience acquise qui permet aux contributeurs d’étoffer leur CV et d’être alors recrutés. De fait, ce sont de nouveaux modèles économiques qui sont créés. Par exemple, la startup de Rhône Alpes Weeefund a créé une structure associative pour faire le lien entre des sponsors, des écoles et des structures de réemploi d’ordinateurs. Et ces ordinateurs sont équipés avec des systèmes d’exploitation libres, sont financés par des entreprises de la région, et fournis gratuitement à des écoles.

Certains logiciels libres prêts à l’emploi sont payants, cependant la licence autorise le partage et la rediffusion du programme, sous condition bien sûr de fournir le dit programme avec la licence qui s’y attache, les crédits, et toute information disponible sur son origine. Par exemple, Parted Magic qui fut longtemps gratuit est maintenant payant. L’argent récolté sert d’ailleurs à financer le développement de projets logiciels libres.

Différents types de logiciels libres

Il existe nombre de bons programmes venant avec l’une ou l’autre des diverses licences libres existantes, pouvant être installés sous Windows, sous Mac, et il existe des systèmes d’exploitation complets pour les PC, contenant principalement des Logiciels libres, et pouvant contenir quelques logiciels non libres, en fonction des besoins. Par exemple, une carte wifi peut avoir besoin d’un logiciel non libre pour fonctionner, un utilisateur peut vouloir utiliser un logiciel non libre connu pour communiquer avec sa famille et ses amis distants.

Ces systèmes d’exploitation se nomment des distributions. On parle de distributions GNU/Linux, (ou par un raccourci abusif, juste « Linux »), et aussi de FreeBSD, OpenBSD, NetBSD, et aussi Illumo…

Les plus connues sont quelques-unes des distributions GNU/Linux.

Leurs avantages sont multiples et leurs inconvénients pas trop nombreux. Ils sont stables, prennent peu de place dans la mémoire de stockage, sont peu gourmands sur la mémoire système (la RAM), peu sensibles aux virus et autres malware et ne souffrent quasiment pas de fragmentation (le phénomène qui fait que le PC « rame ! » si on ne l’optimise pas régulièrement).

Pourquoi n’est-il pas plus répandu et fourni dans les ordinateurs du commerce ?

C’est une question récurrente, à laquelle je réponds invariablement de télécharger ou d’acheter un livre libre écrit par un informaticien français, et qui en explique les contours d’un point de vue historique: http://www.dicosmo.org/HoldUp/

Qui en France utilise des logiciels libres et des systèmes GNU/Linux ?

Il y a bien plus de personnes les utilisant qu’on ne pourrait l’imaginer, car les logiciels libres sont un peu partout dans les objets du quotidien, à commencer par la box qui fournit la connexion internet. Mais pour parler spécifiquement des ordinateurs tournant sous systèmes libres, pour l’usage quotidien, ils sont moins remarqués car encore trop peu répandus.

Cependant, des mairies, des écoles, de nombreuses institutions administratives, entrepreuneuriales, ou associatives les ont adoptés et en bénéficient déjà depuis plusieurs années.

Une cartographie dynamique permet à ces structures de s’inscrire en fournissant des détails sur ce qu’ils emploient pour leurs usages quotidien. C’est une cartogaphie qui s’appuie bien sûr sur des Logiciels libres, qui évolue constamment, et qui est hébergée et maintenue par l’association de promotion du Logiciel et de la culture libre bien connue Framasoft.

Cartographie des Logiciels libres dans les écoles et les administrations

Cartographie des Logiciels libres

Ce n’est pas tout, car de nombreux projets se développent et sont suivis régulièrement pour des besoins spécifiques, comme justement les Logiciels libres pour les mairies (Open Mairie), les écoles primaires (Primtux), les administrations, sans parler des corps de métiers divers et variés.

Il ne reste qu’à les découvrir et s’en approprier l’usage.

Alors comment faire ?

Eh bien, lire le Roman Photo Linux, « Linux par l’image »,

Roman photo Linux de Gérard Delafond

Dites les gars, vous connaissez Linux ?

Mais encore ? Se rapprocher des forums d’utilisateurs de Logiciels libres, des Groupes d’Utilisateurs de Logiciels Libres (les GULL), listés sur cette carte géographique https://www.agendadulibre.org/maps et sur le site de l’Aful : https://aful.org/gul. Ou si vous êtes un professionnel gérant une grosse société, vous pouvez aussi vous rapprocher d’une des entreprises listées dans l’un des 13 clusters en France: http://www.cnll.fr/cnll/membres/ comme Solibre, en Occitanie.

http://www.solibre.fr/

Solibre http://www.solibre.fr/

Si vous êtes une très petite entreprise, ou une association, vous pouvez au choix consulter Orditux Informatique, ou rejoindre l’association Linux Ariège

 

 

 

Orditux Informatique au centre de Pamiers

Des prestations informatiques et numériques

Après quelques mois de démarches et travaux, Orditux Informatique, un service unique liant réparations, réemploi, assistance avec accès internet haut débit fibre au centre ville de Pamiers, a ouvert au début de l’été !

Orditux Informatique

Orditux Informatique

Orditux Informatique est situé au 39, rue des Jacobins, non loin de la médiathèque et à quelques minutes à pied de la Place de la République et vous accueille du mardi au samedi.

Les service proposées vont de la réparation des ordinateurs à la formation à l’usage de l’informatique, en passant par la création de sites internet. En plus de ces services classiques, vous y trouverez aussi des ordinateurs mis à disposition pour surfer sur Internet, faire une recherche, réserver un billet de train ou d’avion, effectuer une démarche administrative, et même imprimer vos documents ou les scanner… Vous pouvez aussi venir avec votre propre ordinateur.

D’un monde à l’autre

Orditux Informatique a démarré son activité en 2009 et a formé le projet d’ouvrir un local en centre ville de Pamiers à partir de 2017. Voici quelques photos du local Orditux Informatique de avril à juillet lors de l’aménagement.

Orditux informatique et Logiciels libres

Si comme certains visiteurs vous vous posez la question, “qu’est-ce que c’est comme système Windows ?” vous serez peut-être supris, car les ordinateurs mis à disposition fonctionnent en majorité avec des systèmes d’exploitation GNU/Linux. Vous serez peut-être aussi étonnés de lire dans ces lignes que les utilisateurs qui sont venus pour consulter Internet depuis le début de l’été ne s’en sont jamais aperçus ! Du moment que «c’est simple et que ça marche» les utilisateurs sont satisfaits !

Des services pour simplifier l’informatique

Depuis l’ouverture Orditux reçoit des visiteurs, des clients, des ordinateurs à réparer, et des internautes contents de trouver un service complet, de l’accès aux mails en passant par l’impression et le scans de documents.

Au fil des semaines, l’aménagement a évolué, le coin café et thé s’est installé dans la partie publique du local, et des PC de réemploi révisés et optimisés sont mis en vente devant la vitrine.

Les projets à venir

Au programme des projets à venir, une inauguration, des animations, des démonstrations et de l’initiation pour les jeunes et moins jeunes. Ces événements visant tous les publics seront annoncés à l’avance.

Remerciements

Mes remerciements vont aux amis et partenaires qui m’ont aidée à lancer ce projet. Ce sont Valérie, pour son travail de structuration et présentation du projet, et ses conseils en matière d’étude de marché, merci aux nombreuses personnes qui ont aimablement accepté de compléter le questionnaire pour cette étude, merci à Laurent, pour l’aide apportée grâce à son savoir faire en gestion et comptabilité, grâce à qui j’ai pu obtenir des financements.

Je remercie également Initiative Ariège, qui a accompagné mes demandes de financements, lesquels proviennent, d’une part, du Crédit Agricole de Pamiers, et d’autre part, de Initiative Ariège et France Active (prêt NACRE) ainsi que Monsieur Gérard ROUX, Directeur du service économique de la Chambre des Métiers de Foix, pour ses conseils.

Merci à Monsieur Boris GONDAMOYEN pour ses conseils et son travail dans l’élaboration du dossier sécurité destiné à l’urbanisme, grâce qui j’ai pu déposer le dossier complet dans les meilleurs délais ; Merci à Franck BORDERON, du LaborLab 09 (09600 Laroque d’Olmes – 06.24.87.35.24) pour l’excellent travail d’aménagement dans le local. Merci à Berta IBANEZ pour ses beaux travaux de graphisme ! Je remercie également le service urbanisme de la ville de Pamiers pour l’accompagnement et les conseils autour de la constitution du dossier.

Le MOOC des ailes pour entreprendre seconde partie

Un partenariat entre la Fondation Entreprendre et AXA pour soutenir des projets d’entrepreneuriat féminin, un MOOC qui a démarré le 15 mai dernier, et qui se poursuit actuellement, voici les ingrédients qui font mes soirées actuellement.

Des Elles pour financer son entreprise

La seconde partie est un peu plus ardue que la première au stade où en est le projet. Orditux veut se développer, cependant il faut évaluer les besoins financiers et les chiffres d’affaires escomptés. L’étude de marché n’est pas encore assez avancée pour estimer de manière nette cet aspect là, néanmoins les QUIZZ et les exercices de présentation du projet sont bien formateurs.

Il est demandé de créer une présentation en plusieurs diapositives, pour présenter l’entreprise, le projet, le ou les porteurs, ainsi que les services ou produits proposés.

Bientôt la deadline (date butoir) pour rendre les projets rédigés ! Il me reste encore 2 séquences à parcourir d’ici la fin de la semaine. Y parviendrais-je ?

Si j’y parviens j’aurais réussi un joli challenge, dans le cas contraire je continuerai à suivre le MOOC jusqu’à la fin le 26 juin prochain.

 

Le portage salarial, l’anti-prise de tête

Il y a 4 ans de cela, j’ai commencé à travailler avec 2i Portage. Plus récemment, j’ai assisté à deux ateliers de formation assurés par leurs soins à La Cantine de Toulouse. Ces ateliers sont extraits d’une formation plus complète destinée à aider les salariés portés à mieux mettre en valeur leurs savoirs faire auprès de leurs prospects.

Je voudrais aujourd’hui partager sur ce modeste blog quelques informations à ce sujet, car le portage salarial, un statut encore très méconnu, est en revanche un cadre de travail de mieux en mieux reconnu dans les textes législatifs et qui peut rendre service à de nombreuses personnes.

Il y a quelques années donc, lorsque j’ai envisagé de prendre un statut au choix parmi ceux disponibles pour exercer une activité de services informatiques, je n’avais pas de budget, et je manquais aussi de temps : ni temps ni monnaie, ça ne le «fait pas» trop n’est-ce pas ?

J’ai tout de même fait un tour dans les entreprises et associations d’accompagnement de projets du département, ainsi que sur certains sites internet fournissant beaucoup d’information sur l’entrepreneuriat (comme l’apec.fr), et j’en revenais toujours au même constat : ce n’était pas pour moi.

D’ailleurs comme l’illustre cette vidéo, même sans parler du RSI ce n’est pas toujours bien simple:

Soit les conditions de démarrage étaient trop onéreuses, soit elle étaient trop exigeantes en matière de rapidité de résultats (et si ça ne marchait pas, ou pas suffisamment ?).

Enfin le statut d’auto entrepreneur aurait été une possibilité à considérer, seulement, être assujettie au RSI (Régime Social des Indépendants) ne me convenait pas non plus. La vidéo suivante illustre de manière sympa les aléas auxquels on échappe !

Alors comme la personne qui s’exprime dans la vidéo ci-dessus, j’ai opté pour le portage salarial.

Oui ça coûte un petit peu de sous, mais pas tant que ça si on considère les points suivants : on bénéficie d’une couverture juridique, fiscale et sociale, à chaque fois que l’on signe un contrat avec un client. Pour pouvoir faire cela, on n’a pas besoin de remplir des déclarations à tout bout de champ, la plupart des tâches de gestion administrative étant assurées par les soins de la société de portage ; on peut cumuler le statut avec une activité salariée ou un statut de demandeur d’emploi, et dans tous les cas on est assujetti au régime des salariés.

Pouvez-vous citer un seul autre cadre de travail indépendant offrant une telle souplesse dans les possibilités ?

À l’époque où j’ai pris cette décision, j’ai recherché des informations sur les entreprises pratiquant le portage, en passant par les annuaires des syndicats de portage salarial. J’en avais trouvé deux, dont celui mentionné dans la vidéo ci-dessus, et un grand nombre d’entreprises dans leurs listes attendaient ma visite. 😉

J’ai visité les sites internet d’un certain nombre d’entre celles proposant leurs services en Midi Pyrénées, et choisi de contacter l’une d’elles en fonction de critères tout personnels : la mise à disposition de nombreux documents permettant de se faire une idée sur le modus operandi de l’entreprise, la lecture d’une Charte dont le contenu me convenait bien, et une première prise de contact positive et chaleureuse. Je n’ai pas regretté ce choix jusqu’ici, et je le recommanderais à toute personne éprise d’indépendance et un tant soi peu allergique aux excès de paperasse. ^^

La société avec laquelle je travaille, 2i Portage, fait cela depuis une huitaine d’années si on en croit les informations glanées sur le web, et offre en plus de ses services de cadre juridique-secrétariat-comptabilité, un volet formation grâce auquel il est possible de proposer des formations en tant que consultant, à travers leur structure, ou de bénéficier soi-même des formations qu’ils organisent, ce qui peut être un plus lorsqu’on a besoin d’améliorer ses compétences.

La page Scoop.it de Henry VINCENT, responsable de l’entreprise 2i Portage, est assez éloquente à ce sujet : Devenir consultant indépendant

Bien, donc vous l’aurez compris, je suis à fond pour le portage salarial : tandis que les uns font ce qu’ils savent le mieux faire, c’est à dire en gros, les déclarations routinières pour les salariés portés, les autres peuvent se consacrer l’esprit en paix à leurs démarches commerciales et à leurs activités.

Des extraits de l’une de leurs formations à destination des consultants sont offerts régulièrement à l’espace numérique «La Cantine de Toulouse». Le prochain rendez-vous programmé le 30 Juin prochain, portera sur les tarifs à pratiquer, en tant que travailleur indépendant.

2i Portage est une société spécialisée dans le portage salarial depuis plus de 7 ans. Son directeur, monsieur Henry Vincent vous fera la présentation de cet atelier avec en plus une petite présentation du portage.

Si vous souhaitez assister à l’un de ces ateliers, il suffit de s’inscrire sur le site de La Cantine. Si vous souhaitez en savoir plus sur le statut lui-même, les liens vers les diverses pages web de cet article devraient vous permettre de trouver de nombreuses informations.

À bientôt pour de prochains articles ou pour des services ! 🙂

 

 

Orditux informatique plus proche de vous ?

Orditux informatiqueTux est une activité que nous avons démarrée il y a quelques années dans l’Aude avant de nous installer à Teilhet, en 2011. Nous avons apporté notre activité avec nous : Orditux comme ordinateur, plus Tux.

Mirepoix est une petite ville médiévale de 3000 habitants environ, dont l’une des principales sources de revenu est le tourisme. Elle est dotée d’écoles de la maternelle au lycée, de nombreux restaurants, de divers coiffeurs, épiceries, et en gros de la plupart des commerces et services dont tout un chacun peut avoir besoin.

Continuer la lecture