Rencontre Logiciels libres Pamiers samedi 18 juin

Si vous n’avez pas encore vu beaucoup de systèmes GNU/Linux tourner dans des PC, si vous ne connaissez pas les jeux libres sous Linux, et si vous ne connaissez pas non plus la robotique avec Arduino et la fabrication numérique, vous pourrez avoir l’occasion de découvrir tout cela et encore plus ce samedi.

Toute l’information est disponible dans l’annonce du site web Linux Ariège : Prochaine rencontre Linux Ariège Spécial Vacances !

Les jeux ludiques et éducatifs libres

GNU et Tux partent à la plage, (ou ailleurs) et emportent avec eux plein de beaux jeux libres pouvant être utilisés sur la tablette ou dans le pc portable, au frais lors des après-midi trop chauds !

Le thème de la journée sera centré sur les jeux sous Linux : pas seulement les jeux éducatifs, mais toutes les sortes de petits jeux en 2D et en 3D .

De AisleRiot à Sudoku (Gnome Games), en passant par Super TuxKart et Extreme Tux Racer, pour mettre un peu de fraîcheur dans la chaleur estivale, en passant par Xmoto pour les plus téméraires !

Linux Ariège Spécial Vacances

Alors si vous êtes dans le coin ce samedi, venez faire un tour à la Maison des associations pour nous rencontrer !

Le 25 mars à Toulouse, atelier Tradeschool, les Systèmes GNU/Linux

Ce monde de l’informatique

J’hésite toujours quand je parle des logiciels, car dans le public, il y a ceux qui utilisent sans savoir comment ils le font, et les autres.

Les premiers fuient quand vous parlez de «navigateur internet» ou de «systèmes d’exploitation». Nous allons quand même le tenter ! Une grande inspiration, je prends mon élan, c’est parti ! 😀

Discussion à deux

Dans le monde du Logiciel, il y a ceux qui sont gratuits, et les autres. Non ! Faux ! Il y a ceux qui sont libres et les autres !

– Ha bon ? ce n’est pas pareil ?

Mais non, ce n’est pas du tout la même chose !

Et puis tu n’as jamais vu un Système d’Exploitation qui soit non libre et dont tu puisses légalement modifier la structure et les sources et ensuite le partager ?

– C’est quoi un système d’exploitation ?

Argh ah oui !

Un Système d’Exploitation c’est un ensemble de programmes qui font que l’ordinateur peut être mis en marche, fonctionner, et afficher des choses à l’écran.

– Ah et c’est quoi les sources ?

C’est ce qu’écrivent les programmeurs avant que ça ne soit transformé pour que l’ordinateur puisse l’employer. C’est comme quand on cuisine les ingrédients d’un plat : il y a la liste des ingrédients crus, le mode d’emploi pour réaliser une recette, et une fois qu’on a lavé, épluché, coupé, on fait cuire. Une fois cuit on ne reconnaît plus très bien ce qu’il y avait au début (enfin, des fois). Dans l’ordinateur c’est un peu pareil, à partir du programme final, on ne peut pas toujours savoir à quoi ça ressemblait avant d’avoir été transformé.

– Alors il y a des programmeurs qui écrivent les ingrédients, et ensuite ils les cuisent ? 😀

C’est à peu près ça. 🙂

– Et c’est ça que tu vas raconter le 25 mars à l’Étincelle ?

Ha ha ! on sait déjà que ce sera à l’Étincelle ! Alors oui, ce sera à l’espace co-working au 1 rue Bouquières, à partir de 18h00 (un petit peu plus tard, car Tradeschool va d’abord se présenter).

– C’est quoi Tradeschool ?

C’est une surprise ! Si tu viens tu le sauras, et tu feras connaissance avec des personnes super !

ET non, j’espère que je n’aurai pas besoin de préciser ce qu’est un système d’exploitation, mais s’il le faut, je le ferai, de même qu’un navigateur internet, ou autre chose.

– Alors que vas-tu raconter ?

Ben je vais raconter ma life ? Mais non, je vais raconter comment le Logiciel libre peut contribuer à faire durer le matériel, et prévenir la fonte de nos économies !

Finances

De quoi cela parlera

Vous découvrirez ce qu’est le monde du Libre et des Systèmes d’Exploitation Libres, comment ça a commencé, et pour ça je vous passerai une petite vidéo d’animation (libre) que j’aime bien, et nous verrons comment ça a commencé, et par où ça a continué, et où on en est maintenant avec les utilisateurs, les contributeurs, les helpers, le matériel, les systèmes, les PC, les mini PC, les cartes Arduino, les clubs, les rencontres, les formations en ligne, et comment le Libre est en train de tout changer pour tous : en France et dans le monde entier !

– Ah, et je veux pas aller dans le monde entier moi ?!

Ce n’est pas nécessaire, c’est le monde qui vient à toi (quand tu le souhaites).

– Et si je veux pas non plus ?

Alors il ne vient pas à toi. C’est ça être libre ! \o/

Où et quand

Atelier Découverte le «Pays GNU/Linux», vendredi 25 mars 2016 de 18:30 à 20:00

Etincelle Coworking
1 rue Bouquières (Carmes), Toulouse (plan)
https://www.facebook.com/tradeschooltoulouse
Au programme de cette animation, une brève histoire de l’informatique depuis la préhistoire…
Ok imprime !

à nos jours… (cliquez sur l’image ci-dessous)

Ordinateurs au rebut

Et…

Pour s’inscrire

la page pour s’inscrire et le plan pour s’y rendre : sur Meetup, et une autre page pour s’inscrire : sur Framadate (sans nécessité d’ouvrir un compte). Venez nombreux, et dites-le à tout le monde ! \o/

Faites durer un ordinateur et réalisez des économies

L’obsolescence de l’informatique est-elle irrémédiable ?

Durant plusieurs décades il a été répété partout que le matériel informatique était obsolète aussitôt sorti de chez le marchand. Dans ce cas, comment imaginer acheter un ordinateur en toute conscience, sachant qu’il est déjà dépassé aussitôt acheté ? Serions-nous condamnés à répéter un acte d’achat indéfiniment pour pouvoir utiliser un ordinateur personnel ?

Child Labour Cartoon Hine n° 3497

Les ordinateurs sont fournis le plus souvent avec un Système d’Exploitation. C’est un ensemble de programmes conçus pour animer le matériel, ensemble de composants permettant de traiter des données pour permettre de communiquer à travers internet, de propulser des applications destinées à créer des documents tels que des lettres, des images, des compositions diverses, et d’autres. Depuis l’apparition sur le marché des ordinateurs personnels, destinés à un public large et varié, cela a été un développement continuel portant sur la puissance et sur les fonctionnalités. Ce développement a entraîné parallèlement la mise au rebut de générations entières d’ordinateurs faisant place à de nouveaux modèles.

Site d'enfouissement d'ordinateurs

De nos jours, la course à la puissance n’est plus nécessaire. Les ordinateurs ont acquis des puissances telles qu’ils sont en mesure de répondre à tous les besoins, que ce soit par unité ou par clusters (les ordinateurs peuvent mutualiser leur puissance à l’aide de programmes dédiés, permettant par exemple, de partager les ressources des processeurs de plusieurs unités).

Alors pourquoi renouveller systématiquement le matériel, lorsqu’il suffirait de le réviser et parfois, de changer ou d’ajouter un composant ? Le problème ne vient pas du matériel, mais du logiciel : ce bien immatériel qui permet de faire fonctionner un ordinateur. Il se trouve qu’une société a pris le contrôle quasi total du marché mondial de l’informatique personnelle, et poursuit un but de domination mondiale du marché de l’informatique et du numérique.

Cette société, Microsoft, cherche depuis sa création par Bill Gates, à imposer ses propres standards, établit avec les constructeurs des contrats imposant ses conditions, s’introduit dans toutes les structures où il lui est permis de s’implémenter, comme l’école, les administrations, les entreprises, où elle veut représenter l’image du progrès et de la modernité. Cette entreprise est partout, dans les armées, les industries, les gouvernements, dans les écoles du monde entier, sans réelle compétition de la part d’autres compagnies : elle s’est assurée de cela dés ses débuts, en faisant tout pour éliminer les compétiteurs. J’aimerais pour illustrer ces affirmations, vous proposer la lecture de ce livre paru il y a déjà quelques années, « Le Hold Up Planétaire » de Roberto Di Cosmo et Dominique Nora.

Le Hold Up Planétaire

http://fr.canoe.ca/cgi-bin/imprimer.cgi?id=61980

Dominique Nora, journaliste et grand reporter au Nouvel Obs, s’y livre à un long entretien avec Roberto Di Cosmo, prof d’informatique à l’École normale supérieure de Paris. Celui-ci passe en revue les pratiques commerciales prédatrices de Microsoft, la médiocrité objective de ses produits, la longue passivité de la communauté scientifique, des médias et des gouvernements à son égard, les freins à l’innovation engendrés par la domination de Microsoft et les dangers qu’elle fait courir, selon M. Di Cosmo, à toute l’humanité.

Comme vous pourrez le voir sur la page du site de Roberto Di Cosmo, son ouvrage est disponible sous une licence libre, au choix en PDF, ou en l’achetant chez l’éditeur In Libro Veritas.

Il se jette dans le monde plusieurs tonnes de matériel informatique annuellement, à cause de la main mise de Microsoft sur ce marché. La raison en est qu’il a souvent fallu changer son ordinateur pour pouvoir accéder à la version suivante de Windows, le système produit par Microsoft, car les ordinateurs datant de quelques années à peine, n’étaient plus assez performants !

Cependant, une autre alternative est possible. Cette autre alternative provient du monde des Logiciels libres, c’est GNU/Linux.

GNU et Tux

Il existe dans tous les pays des professionnels et des amateurs, des universitaires et des entreprises, qui utilisent et contribuent à améliorer et faire évoluer des systèmes et des applications pour les ordinateurs, qui ont besoin de moins de puissance que les systèmes Windows récents, et permettent de par leur qualité de continuer à utiliser des ordinateurs d’il y a 2 ans, 3 ans, 6 ans, et plus, (et des ordinateurs neufs aussi), et de faire de réelles économies, sans sacrifier la qualité et la fiabilité. Ces systèmes, parmi les plus connus, se nomment Debian Linux, Ubuntu Linux, Fedora, Mageïa, Linux Mint, et bien d’autres encore !

Ces systèmes, dont j’ai parlé dans un précédent article, pourraient vous sembler d’un nombre excessif, et le choix trop cornélien pour pouvoir choisir. Heureusement, il existe des communautés locales composées de connaisseurs réunis en associations de bénévoles prêts à aider les personnes intéressées.

Je vous parlerai bientôt de ces communautés locales, les GUL : Groupes d’Utilisateurs Linux  nommés également LUG pour Linux User Groups, en anglais.

Pourquoi l'Open source ?

Selon Wikipédia, l’Open source se définit de la manière suivante:

La désignation open source, ou « code source ouvert », s’applique aux logiciels dont la licence respecte des critères précisément établis par l’Open Source Initiative, c’est-à-dire les possibilités de libre redistribution, d’accès au code source et de créer des travaux dérivés.

Et si plutôt que d’en parler longuement nous le découvrions en images, au travers d’un dessin animé avec des Lego ? Voici l’Open Source expliquée en Lego, et sous-titrée en français


What is Open Source explained in LEGO

La vidéo est diffusée sous une licence CC BY-SA (citer les auteurs et partager à l’identique). Merci aux auteurs de chez movingmonday.com et bitblueprint.com  pour ce cadeau au monde du libre.

Adieu Windows XP, bonjour GNU/Linux !

C’est aujourd’hui que sonne le glas pour Windows XP, et nombre d’ordinateurs  n’auront pas la puissance pour faire fonctionner les dernières versions de Windows !

Vous avez dû remarquer depuis quelques jours une petite fenêtre jaillissant dans votre écran quand vous démarrez Windows XP, si c’est la version que vous utilisez. Cela dit en substance que vous allez devoir vous séparer…

Fin du support pour Windows XP

Et « cliquez ici » vous mène (selon le pays où vous vivez), à cette page.

Qu’implique la fin du support pour Windows XP ? En gros, soit vous changez de système Windows, et de machine par la même occasion car les dernières versions du système d’exploitation par Microsoft ne fonctionnent que sur des machines récentes pourvues de composants bien plus puissants, soit par miracle, votre ordinateur est apte à utiliser Windows 8.1 (comment ?)

Selon la page «Fin du support»:

Très peu d’anciens ordinateurs sont en mesure d’exécuter Windows 8.1, la dernière version de Windows. Nous vous recommandons de télécharger et d’exécuter l’Assistant Mise à niveau de Windows pour vérifier si votre PC possède la configuration requise pour Windows 8, puis de suivre les étapes du didacticiel pour effectuer la mise à jour sur votre PC, le cas échéant. La configuration requise pour Windows 8.1 est sensiblement la même que pour Windows 8. Si votre PC peut exécuter Windows 8, dans la plupart des cas vous pouvez bénéficier de la mise à jour gratuite vers Windows 8.1. Pour plus d’informations, consultez le FAQ.

(L’énoncé de la configuration requise pour Windows 8.1 me fait un peu tousser… et me semble quelque peu sous-évaluée pour une utilisation réellement fluide)

Côté configuration, si votre ordinateur méritait mieux que de finir au rebut alors qu’il fonctionne ?

Ordinateurs au rebut

Campagne de nettoyage

Un choix différent est cependant possible. Passez à Linux ! D’autres l’ont fait, pourquoi pas vous ?

GNU/Linux est un système convivial, contrairement aux systèmes Windows il ne nécessite pas d’utiliser un ordinateur dernier cri et fera tourner votre ordinateur vieillissant honorablement pourvu que le matériel (mémoire, disque dur…) soit en bon état de fonctionnement. Les systèmes Linux les plus récents vous offrent une sécurité et une tranquillité que vous n’avez peut-être jamais connue avec un système Windows : avez-vous besoin d’un nouveau programme pour (ici mettez ce que vous voulez : voir un film emprunté dans la vidéothèque locale ? Installer un logiciel de création audio ? Essayer un programme pour la PAO ?) Inutile de courir le web et les moteurs de recherche, tout est déjà dans les dépôts de votre distribution Linux, accessible par un programme nommé “gestionnaire de paquets”, ou encore, “logithèque”, simplement, et à deux clics de votre souris !

Debian, Ubuntu, Mint, Fedora, Opensuse, Mageia, sont les noms de quelques distributions parmi les plus connues. Chacune d’entre elles a aussi donné naissance à des dérivées, ce qui permet d’avoir un choix considérable s’adaptant à presque tous les usages et presque toutes les générations d’ordinateurs et d’utilisateurs !

Les styles de bureaux, aussi différents les uns des autres, offrent aussi un grand choix et permettent à l’utilisateur de personnaliser complètement son système.

Une rencontre autour des logiciels libres sera bientôt organisée à Mirepoix (09500). Et si vous en profitiez pour franchir le pas ?

 

Après l’anniversaire GNU

Le samedi 28 septembre dernier nous fêtions l’anniversaire de l’annonce du projet GNU : Fêtons les 30 ans de GNU à Aigues-Vives !

Dés le début de l’après-midi des participants nous ont rejoint à la salle des fêtes de Aigues-Vives, un petit village d’Ariège situé entre Mirepoix et Lavelanet. Certains participants, préalablement invités  par nos soins, étaient attendus tandis que d’autres ayant pris connaissance de l’évènement annoncé par le site Ariège News, sont venus durant l’après-midi.

Continuer la lecture

Fêtons les 30 ans de GNU à Aigues-Vives !

Dans un précédent billet, Le système GNU vous pouviez lire un bref historique du projet GNU, qui a donné naissance au mouvement des Logiciels libres et permis la création de très nombreuses distributions GNU/Linux.

Cette fois, j’ai le plaisir de vous annoncer un anniversaire hors du commun, les 30 ans de l’annonce de la création du projet GNU ! Et à cette occasion, l’organisation de notre première rencontre autour des Logiciels libres en Pays de Mirepoix, à Aigues-Vives (09600).

 

badge_gnu

Continuer la lecture

Le logiciel libre en résumé

Le logiciel libre est défini par 4 libertés

  • liberté d’exécuter le programme pour tout les usages;
  • liberté d’étudier et d’adapter le programme;
  • liberté de distribuer le programme;
  • liberté de modifier le programme et de publier vos améliorations.

Les deux libertés pour les utilisateurs

Concrètement, ça se traduit comment ? L’utilisateur est surtout intéressé par la liberté qui permet d’exécuter (c’est à dire utiliser) le programme et celle qui permet de distribuer le programme (c’est à dire en faire des copies pour en faire profiter d’autres utilisateurs).

Exécuter le programme

Un logiciel libre peut être utilisé sur toute machine, pourvu qu’il aie été conçu pour tourner sur l’architecture de cette machine, et sans restriction d’utilisation.

Un logiciel non libre peut avoir de nombreuses restrictions en ce qui concerne ses possibilités d’exécution. il peut y avoir des verrous numériques (DRM, autrement dit, la Gestion des droits numériques) qui vont empêcher l’utilisation du programme si celui-ci n’a pas été validé sur un serveur distant. Il se peut donc que sans connexion à internet, un logiciel refuse tout simplement de se lancer. Parfois il arrive même que le verrou ne puisse plus être débloqué car la protection estime que le programme est une copie illicite.

Distribuer le programme

Distribuer un programme sans autorisation est de la contre-façon. Les peines encourues peuvent aller jusqu’à 300 000 € et 3 ans d’emprisonnement. Lorsque c’est effectué en bande organisée, par exemple au travers d’un réseau d’amis, cela peut aller jusqu’à 500 000 € et 5 ans de prison. C’est rarement le cas dans les faits, il est cependant intéressant de savoir ce que vous risquez en gravant ce logiciel non libre sans avoir payé pour obtenir le droit de l’utiliser. Vous avez l’autorisation de distribuer un logiciel libre.

Les deux libertés pour le développeur

Un développeur est souvent aussi un utilisateur. Le fait qu’il développe ou modifie des applications lui vaut de s’intéresser aussi aux deux autres libertés du logiciel libre.

Étudier et adapter le programme

Le code source d’un programme est l’équivalent de la recette de cuisine. À partir de la recette, le développeur fait le plat que les utilisateurs vont aimer (ou détester). Si on dispose de la recette, il est possible de l’étudier pour savoir comment un autre cuisinier a obtenu telle texture ou tel gout (étudier). Il aussi est possible de la modifier pour adapter le plat à notre gout.

Modifier le programme et publier vos améliorations

Cette liberté reprend en partie celle déjà décrite précédemment. Elle vous permet de publier vos adaptations sans que le cuisinier de la recette que vous avez modifiée vous poursuive en justice pour contre-façon ou plagiat.

Projet de site routier à la inforoute11.fr

J’ai découvert ce matin l’existence d’un site internet permettant de voir l’état des routes du département de l’Aude. Je me réjouis de cette nouvelle, cependant j’ai quelques remarques à émettre concernant le fonctionnement du site. Tout d’abord le site est en Flash. Chez Orditux, nous n’avons pas une profond sympathie pour Flash, non pas parce que la technologie est mauvaise mais parce qu’elle est principalement utilisée d’une manière inadapté rendant compliquée l’accessibilité des données.

Le site Inforoute11.fr pose quelques problèmes que nous allons voir ci-dessus et auxquels nous allons tenter de répondre en proposant une solution rapide, légère et accessible.

Même si Flash est présent sur la majorité des PC, il n’est pas présent partout. Il est inexistant sur les architectures de type ARM (pratiquement tous les téléphones et smartphones fonctionnent avec des processeurs ARM), il n’est pas non plus présent sur les derniers appareils de la compagnie Apple (iPhone, iPad). Pour résumer, le site est principalement inaccessible aux appareils mobiles, à part les netbooks dotés d’ une connexion par clef 3G. Ça le rend bien moins intéressant.

Regardons le format des données utilisées par l’application flash.

(je passe sur beaucoup de détails, le but étant de fournir un article abordable pas une documentation technique)

Après quelques recherches avec HttpFox afin de déterminer l’origine des données, je suis tombé sur un bloc d’informations problématiques dans le fichier chargé par l’application flash.

<point_xy><![CDATA[219.35;224.8]]></point_xy>

Ces coordonnées définissent la position d’un chantier pour pose de réseau AEP et EU sur la RD 104 (c’est la description fournie pour ce point dans le fichier chargé par l’application).

Comme vous pouvez le voir, les coordonnées X et Y (respectivement 219,35 et 224,8) ne sont pas des données géographiques. Ce sont des coordonnées d’un point sur une image, probablement l’image de la carte affichée dans l’application Flash. Nous avons donc ici une application de positionnement géographique qui n’utilise pas des coordonnées géographiques. C’est plutôt gênant, surtout à l’époque où les GPS sont communs.

Les coordonnées permettant de localiser les désagréments routiers sont inexploitables en dehors de l’application flash car elles sont fortement liées à cette application. Ce qui rend les données de l’application inutilisables dans une application tierce sans un traitement lourd. C’est la fin du parcours pour les données.

Nous allons voir par la suite comment faire une carte de l’état des routes de l’Aude avec des informations facilement exploitables dont la nature n’est pas modifiée. Pour ce faire nous utiliserons les données d’OpenStreetMap, une base de données mondiale de cartes que l’on peut facilement enrichir. Nous utiliserons aussi la bibliothèque javascript Openlayers qui permet d’ajouter des strates (layers) aux cartes OpenStreetMap, strates pouvant contenir des informations diverses et variées. En ce qui nous concerne, ce sera l’état des routes.

Le format des données que nous allons utiliser pour la strate correspondant à l’état des routes sera un banal fichier texte comportant la longitude, la latitude, un titre pour l’évènement, une description, ainsi que le nom de l’image qui sera dessinée sur la carte. La génération d’un tel ficher est triviale et ne nécessite pas de logiciel complexe. Idem pour le traitement des données contenues dans un tel fichier.

Voilà le résultat d’une petite demi-heure de travail : inforoute.

Le résultat nécessiterait des arrangements (et plus d’informations utiles), on obtient cependant un résultat déjà fort intéressant.

Cette solution présente beaucoup d’avantages par apport à la version flash :

  • Elle fonctionne sur toutes les machines équipées d’un navigateur internet;
  • Elle utilise des informations qui peuvent être facilement enrichies;
  • Elle apporte des informations facilement réutilisables et partageables;
  • Elle est peu onéreuse et l’utilisation des standards évite de multiplier les efforts.

Voilà pourquoi chez Orditux nous utilisons des standards ouverts : il est vraiment possible de partager des données à chaque fois que c’est nécessaire.